L’étude de Cécile Aenishaenslin et Taya Forde porte sur la variété et la prévalence des parasites gastrointestinaux des chiens à Kuujjuaq. Elle a été menée en mai 2010 dans le cadre d’un internat d’un mois avec le “Projet d’appui en santé publique vétérinaire et en santé animale au Nunavik” du Groupe international vétérinaire de l’Université de Montréal.

Des matières fécales provenant de 28 chiens appartenant à 13 propriétaires différentes ont été examinées. L’analyse a été effectuée par flottaison fécale quantitative utilisant une technique de double centrifugation modifiée. Toxascaris leonina a été trouvé chez 43% des chiens testés, avec une grande variabilité dans le taux d’excrétion fécale. Des œufs de trématode (espèce inconnue) ont été trouvés chez 11% des chiens, tandis que Diphyllobothrium spp. et Uncinaria stenocephala étaient présents chacun chez 4% des chiens. Aucune corrélation entre les tendances d’alimentation et la présence ou l’absence des parasites gastrointestinaux n’a été trouvée.

pdf_icon Étude complète.